The European Business Council for Africa

02/03/2021 – HR/VP blog – Le dernier Conseil Européen a débattu du partenariat renouvelé avec nos voisins du sud de la Méditerranée que j’ai proposé conjointement avec la Commission européenne en tant que Haut représentant de l’Union. Les défis économiques, sociaux, écologiques et sécuritaires auxquels cette région est confrontée ont encore été aggravés par l’épidémie de COVID-19. Y faire face ensemble est un enjeu essentiel pour notre politique extérieure.  

En présentant au Conseil européen la communication sur le partenariat avec les pays du voisinage méditerranéen, je me suis rappelé la déclaration de Barcelone. En 1995, l'Union européenne et ses partenaires de la région avaient affirmé dans cette ville leur volonté commune de faire du bassin méditerranéen une zone de dialogue et de coopération, garantissant la paix, la stabilité et la prospérité. J`étais présent en tant que ministre du gouvernement espagnol et je me souviens de l’espoir que cette déclaration avait suscité à l’époque.

Lundi et mardi derniers se sont tenus à Ndjamena le Sommet rassemblant les chefs d’État des 5 pays du Sahel puis celui de la Coalition pour le Sahel consacré au bilan des engagements pris lors du Sommet de Pau en janvier 2020. J’y étais convié aux côtés du Président du Conseil européen Charles Michel. Les contraintes liées au Covid-19 nous ont une nouvelle fois obligés à y participer par visioconférence.  

Une forte croissance démographique

Les pays du G5 Sahel - le Tchad, le Mali, le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie -  couvrent une surface plus importante que l’Union européenne, mais ils ne sont peuplés que de 84 millions d’habitants, cinq fois moins que l’UE. Cette population a cependant quasiment doublé en 20 ans et elle est très jeune: en 2019, les moins de 15 ans représentaient 47 % de la population du G5 Sahel, contre 15 % au sein de l’UE. Elle est aussi très pauvre : en 2019, le PIB par habitant moyen de la région était de 777 dollars selon la Banque mondiale, 45 fois moins que dans l’Union européenne.

Au Sahel, la croissance démographique a surpassé ces dernières années la croissance économique. Les États du G5 Sahel, qui comptent parmi les plus pauvres du monde, sont donc confrontés au défi d’offrir un avenir à des millions de jeunes arrivant chaque année sur un marché du travail qui peine à les absorber. 

Aujourd’hui la Banque européenne d’investissement apporte 114,5 millions d’euros de prêt au Sénégal, soutenus par une bonification d’intérêt de l’Union européenne, pour améliorer les services d’approvisionnement de la population en eau potable, les services de santé publique et de gestion intégrée des déchets solides dans le pays.Avec ce nouveau soutien, l’appui de l’UE en Team Europe à la crise du coronavirus au Sénégal s’élève à près de 600 millions d’euros.

La Commissaire européenne pour les Partenariats Internationaux, Jutta Urpilainen, a déclaré: « Depuis le début de la crise du coronavirus, Team Europe a pris des mesures rapides et efficaces pour aider nos partenaires dans le monde entier. C’est aussi le cas aujourd’hui avec le Sénégal. Nous soutenons notre partenaire dans ses efforts de  résilience économique, sociale et environnementale». 

Objectifs des deux programmes

Le coût total des deux programmes est de 391 millions, et comprend la contribution de la BEI et de la Commission européenne. 

  • Le premier programme soutiendra l’accès à l’eau potable des populations de trois villes au Sénégal (Saint-Louis, Kaolack et Kolda), soit 634 000 habitants.
  • Le deuxième programme en matière de gestion des déchets solides profitera à 20 % de la population sénégalaise et aura un impact positif d’un point de vue environnemental, économique et social, y compris sur la santé.

The President of the European Commission, Ursula von der Leyen, has announced today €100 million in humanitarian assistance to support the rollout of vaccination campaigns in Africa, which are spearheaded by the Africa Centres for Disease Control and Prevention (Africa CDC). Subject to the agreement of the budgetary authority, this funding will support the vaccination campaigns in countries with critical humanitarian needs and fragile health systems. The funding will, among others, contribute to ensuring the cold chains, roll-out registration programmes, training of medical and support staff as well as logistics. This sum comes on top of €2.2 billion provided by Team Europe to COVAX.

President of the European Commission, Ursula von der Leyen said: “We've always been clear that the pandemic won't end until everyone is protected globally. The EU stands ready to support the vaccination strategies in our African partners with experts and deliveries of medical supplies at the request of the African Union. We are also exploring potential support to boost local production capacities of vaccines under licensing arrangements in Africa. This would be the fastest way to ramp up production everywhere to the benefit of those that most need it.”

Le programme ARCHIPELAGO, financé par l'Union européenne dans le cadre du Fonds Fiduciaire d’Urgence de l’Union européenne pour l’Afrique - FFU / EU Emergency Trust Fund for Africa (EUTF), vise à soutenir la création d'emplois, à la fois qualitatifs et durables, dans les pays des régions du Sahel et du lac Tchad. Il tend ainsi à répondre aux difficultés engendrées sur le continent par l'exclusion économique et sociale, la marginalisation et les situations structurelles d’inégalité qui conduisent à la migration irrégulière.

Le programme a organisé deux appels à propositions pour sélectionner, soutenir et financer des projets de partenariat contribuant à l'objectif du programme. Chaque projet de partenariat a une durée de 20 à 32 mois et dispose d'un budget compris entre 400.000 et 600.000 euros20 projets ont été retenus dans les pays suivants : Burkina Faso (2), Cameroun (4), Côte d´Ivoire (2), Ghana (2), Mali (1), Mauritanie (2), Niger (1), Sénégal (4) et Tchad (2).

Les 20 projets sont mis en œuvre par des consortiums comprenant au total 45 partenaires africains et 40 partenaires européens (il s’agit essentiellement de structures d´appui aux entreprises et organisations professionnelles et des centres de formation professionnelle) dans un large éventail de secteurs économiques, notamment l'agriculture, l'agro-industrie, l´hôtellerie, la construction, l´électricité, l´énergie solaire, la mécanique, la foresterie, les métiers portuaires, le textile et l'artisanat.

A l’invitation de la Fondation Robert Schuman j’ai présenté lundi dernier quelques uns des principaux dossiers sur lesquels nous allons travailler cette année : apaiser les tensions dans notre voisinage, organiser un nouveau départ avec les Etats Unis, rééquilibrer nos relations avec la Chine, mettre en œuvre notre « autonomie stratégique » et relancer le multilatéralisme.

Lundi dernier, la Fondation Robert Schuman m’avait demandé d’intervenir sur le thème de “L’Union Européenne, un acteur global”. Ce fut tout d’abord pour moi l’occasion de saluer la mémoire de cet illustre ministre des affaires étrangères français qui joua un rôle décisif dans le lancement de l’intégration européenne avec sa fameuse déclaration du 9 mai 1950.

Right now, the acute question is about vaccines. Team Europe is working on preparedness of our partners. We are assisting partners with technical assistance and guidance to prepare national vaccination strategies, logistics, and information campaigns. National ownership and responsibility for preparing and deploying COVID-19 vaccines remains paramount.

Efforts to guarantee equitable vaccine for everyone started early on. We hosted a pledging marathon, which raised a total of EUR 15.9 billion to develop and deploy vaccines, tests and treatments. As a result, Team Europe’s support to the most promising manufacturers in both vaccine development and build-up of manufacturing capacity helped to speed up the process, which usually takes years, into less than one year.

27/01/2021 – HR/VP blog – On 25 January we launched the first pilot of the new Coordinated Maritime Presences (CMP) concept in the Gulf of Guinea off the coast of West Africa. In addition to our existing naval operations in the Mediterranean and in the Western India Ocean, we are strengthening our role as a global maritime security provider.

On 23 January, pirates hijacked a Turkish cargo ship off the coast of West Africa, killing one crewmember and kidnapping 15. According to the International Maritime Bureau of the International Chamber of Commerce, 195 incidents of piracy and armed robbery against ships have been registered worldwide last year, 33 more than in 2019.

As the second largest exporter and the third largest importer in the world, the EU rely heavily on maritime transport and infrastructure. However, secure maritime routes are not only important for us: without them, about 90% of the goods currently available are at risk of simply not reaching their customers around the world. Thus, ensuring a safe maritime environment is a global public good that need international cooperation to fend off the increasing challenges related to geo-strategic rivalries, piracy and organised crime.

Europe and Africa must move away from a donor-recipient relationship, said the Development Committee, outlining its vision for a relationship between the two continents.

On Thursday, MEPs adopted a wide-ranging strategy on a new EU-Africa partnership by 20 votes, with two votes against and three abstentions. The strategy emphasises the need to go beyond simply cooperating on issues such as the green transition, energy, digital transformation, sustainable jobs, good governance and migration.

As well as addressing these areas, listed by the Commission and the European External Action Service, human development must be central to future EU-Africa relations, said MEPs, who welcome this fresh approach to the relationship. The future partnership should prioritise education, including teacher training, reducing early school leaving, and concentrate on the inclusion of girls. It should also aim to improve health care and national health systems.

The Council today approved conclusions launching the first pilot case of the Coordinated Maritime Presences (CMP) concept in the Gulf of Guinea.

The CMP mechanism aims to increase the EU’s capacity as a reliable partner and maritime security provider, offering greater European operational engagement, ensuring a permanent maritime presence and outreach in Maritime Areas of Interest as established by the Council, and promoting international cooperation and partnership at sea.

The conclusions establish the Gulf of Guinea as a Maritime Area of Interest and welcome the creation of the Maritime Area of Interest Coordination Cell. The pilot in the Gulf of Guinea will further enhance the EU’s coordination capacities in strategic maritime environments.

Today’s launch of the Gulf of Guinea pilot reinforces the EU’s efforts in the region, in line with the EU’s Gulf of Guinea Strategy. It will support efforts by the coastal states and the organisations of the Yaoundé Architecture to address increasing security challenges such as armed piracy and kidnapping for ransom, which undermine maritime security and good governance of the oceans.